ROUTENS TEAM 2012

mardi 29 mai 2012

Tour des Hautes Pyrénées

Ce Week-End de pentecôte je suis descendu dans mon sud ouest natal pour prendre part au 34ème Tour des Hautes Pyrénées avec Julien. Je suis parti en début d'après midi le vendredi de Grenoble et les plus de 6h de voiture ont été difficiles après avoir attaqué le matin avant 7h. 

Après avoir participé au Tour de la Ciate la semaine précédente, ma principale interrogation portée sur la récupération. J'ai roulé une seule et unique fois au cours de la semaine afin de faire un maximum de jus.

Le plateau est très relevé avec de nombreux coureurs 2 et 3 FFC et notamment d'anciens champion de France FSGT.


1ère étape: Barbazan Debat - Capvern les bains, 90 km, 1000m de D+, 39 km/h de moyenne.

90 coureurs au départ de cette première étape. Julien et moi avons été greffé à l'équipe 2 des Edelweiss (mon ancien club). Le départ est donné à 14h30, la première côte est neutralisée et j'en profite pour remonter à l'avant garde du peloton. Le départ réel est donné au sommet de la côte. Dés le départ le compteur annonce 80km/h dans la première descente. Je décide d'attaquer dés la première partie plate, je suis suivi de quelques coureurs. Cependant, la bonne ne part toujours pas. Au bout de 15-20 kms un coup part avec environ 12-13 coureurs qui prennent le large. Je décide de partir en contre accompagné de 3-4 coureurs. nous opérons la jonction assez rapidement. On se retrouve alors à un peu plus de 15 coureurs et l'écart se creuse très rapidement. Cependant, l'entente n'est pas au beau fixe et le peloton revient sous l'impulsion de plusieurs contres. Une nouvelle échappée à 15 coureurs part mais je n'ai pas le deuxième souffle pour y aller. Arrive alors le premier GPM où je suis assez mal placer. Je manque d'être pris dans une cassure mais j'arrive à basculer avec les meilleurs.  J'évite une chute de justesse! J'étais en train de regarder ce que je pouvais manger quand des coureurs sont tombés juste devant, j'ai eu un réflexe de survis. Arrive alors le deuxième GPM où cela monte très très vite! Environ 6 bornes à plus de 29 de moyenne dans des pentes à 5%. Je commence à coincer en milieu d'ascension, Julien, très costaud, me pousse à deux reprises ce qui me permet de basculer avec un groupe de 15 coureurs en contre derrière les échappées. Au cours de cette ascension, j'ai fais l'erreur de tomber le petit plateau de 38 dents! Je me suis tout simplement asphyxié. Au bout de 65 kms, la moyenne horaire indique un peu plus de 42 km/h! Ca roule à bloc depuis le début. On aperçoit les échappées au loin, mais personne ne souhaite faire l'effort. Le vent souffle fort et je décide de rester tranquillement dans les roues puisque que l'on termine l'étape par une ascension de 4km dont les 500-600 derniers mètres à environ 9%. Julien accélère dés le pied du mur et fait le trou et se retrouve en contre jusqu'à 200m de la ligne où il se fait récupérer par le groupe dans lequel je suis. Je jète mes dernières forces dans le mur final et termine alors 28ème de l'étape au sein du peloton, enfin ce qu'il en reste c'est-à-dire environ 20-25 coureurs. Julien termine dans le même temps à la 22ème place. Nous accusons un retard de 1min49s sur le maillot jaune. 
Une première étape assez usante puisqu'il n'y a eu pour ainsi aucun moment de récupération.

2ème GPM, ça visse dans le peloton!

Julien et moi à quelques kms de l'arrivée.

Julien a produit son effort de très loin!
Le sprint d'arrivée pour ma part!

2ème étape: Bordères sur Echez - Cauteret, 71km, 1100 m de D+, 33km/h de moyenne.

Deuxième étape et voiture 11, il faut croiser les doigts pour ne pas crever. Le départ est donné à 9h30 à quelques kms de chez mes parents. Je connais toutes les routes par coeur. C'est l'étape reine de ce tour avec l'arrivée à la station thermale de Cauteret à 1000m d'altitude, 10 bornes d'ascension. 
Il y a environ 35 kms à parcourir jusqu'au premier col de la journée. Le col de Lingous, environ 5 kms à plus de 5% de moyenne. Je fais au maximum pour me placer aux avants postes au pied de l'ascension. Dés le pied ça roule à bloc, plus de 32 km/h au compteur. Le fait d'avoir gravi ce col plus de 50 fois me donne un réel avantage pour gérer ma montée. Je perds quelques mètres à 200m du sommet mais je reviens dés le début de la descente. Je me retrouve alors avec les 20-25 meilleurs coureurs du Tour! Je me dis alors que je suis dans le bon coup! Cependant, la malchance arrive! Ma chaine se bloque entre le cadre et la cassette. Je tente de la débloquer avec mon pied mais je manque de tomber. Je ne peux plus pédaler, je suis alors obligé de m'arrêter. Je perds environ 30 secondes! Je repars et redéraille 10m plus loin. Je dois à nouveau m'arrêter. C'est alors que 6-7 voitures suiveuses sont déjà passées. Et je me retrouve seul dans la descente assez roulante. Ma voiture arrive alors! Cependant, ma mère, qui est au volant, n'a pas l'habitude rouler avec un coureur dans le coffre, je manque de faire un tout droit dans un virage. Je chasse pendant de long kilomètres mais je ne parviens pas à rentrer, les premières voitures étant trop lointaines. J'attends alors le groupe de derrière mais cela ne suffira pas! La course est plié pour ma part alors que Julien va entamer l'ascension avec les meilleurs. Il s'accrochera du mieux possible et terminera à une très belle 24ème place à environ 1min30s du premier. Pour ma part, j'ai décidé d'effectuer l'ascension en dedans afin de garder des forces l'après midi pour tenter le tout pour le tout. Je dégringole alors à la 50ème place du général et prends 10min dans la besace. 

Le Team Routens au départ de la deuxième étape.


En chasse après mon ennui mécanique.

Julien à l'arrivée de la deuxième étape.

On peut lire la déception sur mon visage après la deuxième étape.


3ème étape: Cauteret - Pierrefite Nestallas, 91 km.

J'ai décidé de changer mes roues et de mettre mes jantes carbones. L'étape est assez roulante avec à nouveau le col de Lingous et la côte de St Savin. Le reste étant vallonné mais très roulant dans l'ensemble. La descente de Cauteret est neutralisée. Le départ réel est donné à Soulom et ça part d'entrée de jeu, je me jette alors dans les roues mais sans succès. Je sens que les jambes sont bonnes malgré les 2 étapes précédentes. Je temporise un peu en milieu de peloton et puis je décide de remonter par la droite. A ce moment là une chute se produit à environ 50km/h sur la partie gauche de la route, une vague se produit alors à droite. 2 solutions s'offrent à moi! Soit je ne freine pas et tire droit dans le fossé sur la droite soit je bloque les roues! J'opte pour la deuxième solution. Ma roue arrière dérape et là la malchance s'abat à nouveau! Le boyau explose littéralement. Je retire vite ma roue arrière et me rend alors compte que toutes les voitures sont arrêtées derrière les coureurs au sol. Ma seule chance d'être dépanné réside dans le fait que ma crevaison soit annoncée à la radio ce dont je doute fort avec la chute. J'attends alors environ 3-4min avant d'être dépanné! Nous avions Julien et moi la voiture 13! Superstition quand tu nous tiens. Au moment de repartir je n'aperçois aucune voitures suiveuses devant moi. Je me retourne alors et vois la voiture balais. Ma mère et mon frère se mettent alors devant et me tire à environ 50km/h, je décide de monter à leur hauteur et décide de m'accrocher à la fenêtre! A 50 à l'heure je ne rentrerai jamais! Tant pis ce n'est pas sport mais je le fais quand même! 70 km/h accroché à une voiture c'est sport! Mais plus les mètres passent et moins je vois le peloton. Je roule à bloc pendant 10 kilomètres et rattrape quelques coureurs au passage. Au moment d'arriver à Lourdes, la circulation est à nouveau ouverte, je comprends alors que j'ai environ 5min de retard sur le peloton. Je vois alors la voiture de Laetitia au bord de la route. J'arrête la course! Je ne me vois pas faire 70 bornes seul à chasser un peloton d'autant plus que le moral est au fond des chaussettes. J'assiste alors à la super course de Julien! Il tente à plusieurs reprises de sortir mais sans réussite. Il bascule alors avec les meilleurs au sommet du col de Lingous. Il passe la côte de Saint Savin avec les meilleurs. Il termine ainsi 18ème de l'étape dans le groupe pour la deuxième place. Il termine alors aux alentours du TOP 20 de ce Tour des Hautes Pyrénées! Bravo!

Julien aux avants postes dans la dernière étape.

Julien termine à une excellente 18ème place.

Pour ma part je suis terriblement déçu! J'avais les jambes pour bien faire! C'est clair! J'avais préparé cette course de manière à y être au top de ma forme ce qui était le cas du moins pas loin. Cependant, le vélo c'est aussi la mécanique et quand celle-ci ne tourne pas rond il ne faut pas en espérer davantage. 

Prochain rdv, le championnat Rhône-Alpes dimanche à Chomerac où je ne serai pas en grande forme au vue de la fatigue accumulée ces 2 dernières semaines. Après cette course je ferai une longue pause jusqu'à l'étape du tour durant laquelle je me contenterai de faire des bornes et du dénivelé dans la bonne humeur.

3 commentaires:

  1. Même si malheureusement tu n'as pas eu de chance sur cette course, le résumé est plutôt sympa! Ce sera pour une prochaine :/

    RépondreSupprimer
  2. Pas de bol, mais ce sont des choses qui arrivent, même si c'est toujours (très) frustrant.
    Je remarque que vous avez désormais de belles nouvelles tenues, au Fontanil !

    RépondreSupprimer
  3. @Franck: oui c'est très frustrant d'autant plus que j'entretien mon matériel toutes les semaines. Mais bon c'est la loi du vélo! Oui on a de belles tenues! Elles ont mis du temps à arriver mais elles sont là!

    RépondreSupprimer