ROUTENS TEAM 2012

lundi 4 juin 2012

Championnat Rhône Alpes

Ce dimanche 03 juin 2012 avait lieu le championnat Rhône Alpes à Chomérac à la frontière Drôme-Ardèche. Le temps est instable mais je suis confiant. J'arrive sur place relativement tôt afin de me préparer sereinement. J'ai les jambes un peu lourde de ma sortie de 2h de la veille dont 1h30 avec Andy Schleck et Tony Gallopin. Tant pis je n'ai aucun regret! Et bizarrement je ne suis absolument pas stressé avant le départ! Bien au contraire je suis assez zen, ce qui me procure un sentiment bizarre. 

Le parcours est très vallonné et rendu très difficile par un vent très fort. Un peu plus de 16 km à effectuer à 5 reprises. Je reconnais le parcours et j'ai la désagréable surprise de découvrir une descente assez technique d'environ 2 bornes avec une route en mauvais état. C'est alors qu'à la fin de reconnaissance la pluie commence à tomber. Je décide alors d'enlever mes roues carbones et de mettre mes jantes alu. A 10 minutes du départ le déluge s'abat sur la ligne! Je n'ai absolument pas le moral et hésite même à prendre le départ. Mais je me mets finalement sur la ligne.
Nous sommes 25 en 20-29 et environ une quinzaine en junior à prendre le départ. Julien (Team Routens) est au départ à mes côtés tout comme Charles.

Pas motivé au départ malgré la casquette offerte par Andy la veille.

 Je commence à greloter mais tant pis j'y vais on verra bien. La descente est neutralisée avant une départ arrêté au pied. Dés le départ je décide de me réchauffer en attaquant d'entrée. Je me retrouve alors avec quelques mètres d'avance accompagné de Florent Ligney. Derrière ça réagit, du coup je me relève et décide de calquer ma course sur celle du grandissime favori Romain Dubois de l'Ain, 3ème des derniers championnats de France à Coucy Le Château où j'avais terminé 60ème. Juste après la première bosse celui-ci décide d'attaquer! Aussitôt Julien et moi sautons dans sa roue mais sans succès. Plus nous avançons plus la pluie devient importante! C'est l'apocalypse! Je ne vois plus rien! Je prévois même de bâcher à la fin du tour tant il est vraiment compliqué de rouler dans de telles conditions. 

Charles emmène sous le déluge.

La ligne passée on nous annonce qu'il y un tour de moins à parcourir en raison des conditions dantesques. Je décide alors de poursuivre et d'aviser tour après tour. 3 coureurs se font la malle dans la descente alors que je me fais distancé. Arrivé au pied je me retrouve entre le peloton et un groupe de 4 dont Romain Dubois. Je décide de faire l'effort et de rentrer. J'arrive alors à hauteur de Julien et lui annonce que le coureur de l'Ain est lâché. On accélère alors l'allure mais personne ne prend de relais! Est ce que les gens se renseignent sur les concurrents avant une course? Où y vont-ils en réels touristes? 
Le déluge s'abat sur ce pauvre peloton réduit à 20 unités. Je n'ai jamais couru dans de telles conditions. Je n'ai pas de jambes, je suis vidé et j'ai du mal à accélérer comme je le veux mais tant pis je décide mettre en place une course de mouvement accompagné de Julien et Charles qui comme moi ne ménage pas leurs efforts, pas comme certains coureurs Isérois qui ont comme seul tactique de sauter dans la roue de Julien ou moi et de couper leur effort lorsque d'autres coureurs sortent. Nous sommes alors Julien, Charles et moi obligé de rouler, attaquer, rouler, attaquer. Bref nous avons à faire à de vrais ratons et coureurs sans tactiques! Triste!

A gauche de la route j'accélère l'allure sous une pluie importante.

J'attaque. Julien est juste derrière en embuscade.

Dans le 3ème tour nous décidons Julien, Charles et moi d'attaquer dans la bosse car Romain Dubois, après être revenu, a resauté dans la descente. Nous vissons et étirons le peloton. Puis dans le replat et la petite descente, le coureur et favori de l'Ain refait la jonction et attaque en facteur. Personne ne réagit sauf Julien et moi qui décidons de rouler derrière. Cependant aucun coureur ne veut participer, pas même les autres Isérois qui sont obnubilés par la campagnolo de Julien et Ksyrium bas de gamme. Dans la bosse avant l'arrivée, nous relançons les hostilités et comme par hasard les mêmes coureurs sont derrière! Nous sortons alors à 5 toujours avec Julien et Charles mais un autre Isérois ramène ce qu'il reste du peloton. Je décide alors à l'entame du dernier tour de rester dans les roues en vue des prochaines offensives. 
Charles, Julien et moi à l'offensive dans l'avant dernier tour.

Julien et moi donnons le maximum!

L'apocalypse, course dantesque! 

Dernière descente de la course.

Dans la bosse à mi parcours j'annonce à Julien mon intention de tous faire péter. Je me mets alors en tête du groupe, d'autant plus que l'on aperçoit le coureur en tête, et attaque de manière progressive. Je me retourne et remarque que des coureurs lâchent prise. Je tombe à nouveau une dent! Ca visse et c'est ce que je voulais. Mes jambes sont à la ramasse mais tant pis Julien parait fort je donne tout dans l'espoir qu'il fasse une place. Alain, le père de Julien, nous double alors en voiture et nous encourage. Je retombe encore une dent de manière à faire mal à nos adversaires. On bascule alors à 5-6 avec quelques mètres mais personnes hormis Julien ne veut rouler. Je décide alors de me laisser remonter de manière à anticiper les attaques. C'est alors qu'un coureur de la Drôme part à environ 5km de l'arrivée, je me jette alors dans sa roue. Derrière le trou est fait, on se relaye. Je me retourne et m'aperçois que l'écart est fait même si Julien me dira que des Isérois tenteront de ramener le peloton sur moi! Heureusement j'ai en Julien l'équipier modèle qui va cadenasser la course jusqu'à ce que le trou soit définitif. J'assure mes relais jusqu'à 2-3 km de l'arrivée où je commence à être pris de violentes crampes. La pluie, la fraicheur, tout ça explique cela! Cela faisait très très longtemps que ça ne m'étais pas arrivé. Je commence à sauter les relais car je suis incapable physiquement de les assurer. Mon adversaire me décroche sans forcer. Je ne peux plus appuyer sur les pédales, je suis même obligé de tomber le petit plateau dans des pentes à 6%. Je me retourne et je ne vois pas le peloton. Le podium est assuré et je me dis que si j'explose j'ai de la marge. Je remets le grand plateau et donne tout! Les jambes sont raides comme du bois et je rebouche un peu le trous mais à 200m de la ligne le coureur de la Drôme s'envole pour la deuxième place en échouant à environ 30-40 secondes du titre. Je finis pour ma part complètement cramé.

Julien ne ménage pas ses efforts.

Je finis 3ème de championnat complètement cramé.

Julien en équipier modèle s'adjudge la 5ème place après s'être fait sauter sur la ligne par un coureur de la Drôme qui n'aura pas mis un coup de pédale. Merci à lui pour sa course! Je lui en doit une!

Julien finit 5ème après avoir fait encore et toujours une très belle course.

Charles termine Vice Champion! Juste devant Simon lui aussi du Fontanil.


Je soulignerai le fair play de Jeremy Para qui m'a battu de manière loyal et qui sera venu me féliciter et remercier à l'issue de la course. Un coureur très sympathique qui aura lui aussi couru devant et qui n'aura pas ménagé ses efforts. A noter l'incroyable performance de Patrick Chaleat de TVS qui aura remporté le titre régional après le départemental! Chapeau Monsieur! David du Team Routens termine lui 6ème du championnat en 30-39 ans.

Un beau bilan sur le plan personnel car au vue de mes jambes qui étaient tout simplement sans force, je réalise une bonne performance bien aidé par un très grand Julien.

Le prochain RDV aura lieu le 8 juillet et l'EDT Mondovélo! Place au repos mais surtout à la préparation au cours de laquelle je vais bouffer du dénivelé à chacune de mes sorties.








4 commentaires:

  1. Une course de warriors et de guerriers sans limites!

    RépondreSupprimer
  2. C'est moi qui suis parti après la ligne d'arrivée du 1er tour, avant la descente : je voulais anticiper afin d'éviter les chutes. On est bien sorti à 3.

    Je te confirme que je n'ai rien, mais alors rien compris à la tactique des coureurs de l'isère : vous vous rouliez tous dessus ! Comme les maillots de l'ardèche ressemblaient pas mal aux votres (sous la pluie, on voit moins bien) j'ai pensé au début que c'était l'ardèche et l'isère qui bastonnaient, mais en fait c'était vous seuls. le pire c'est que vous jouiez la gagne aussi bien en 17/19 qu'en 20/29 et qu'au lieu de rafler 2 titres en jouant le surnombre et la course d'équipes, vous avez rien eu.

    RépondreSupprimer
  3. Salut Alex,

    Bravo pour ta course, vous vous êtes bien battu. Je suis surpris de voir que des coureurs de l'Isère ont roulé derrière vous. J'espère que Vincent ne faisait pas partie du lot.
    Quant aux photos, elles sont juste terribles et montrent à quel point la météo était pourrie. M'autorises-tu à en repiquer 2 ou 3 pour illustrer aussi l'article du site de TVS ?

    RépondreSupprimer
  4. @Florent: la course a été vraiment scandaleuse pour l'Isère! On aurait pu jouer sur les deux tableaux et on a tout perdu! Pour ma part j'avais pas les jambes d'aller chercher Dubois donc je me contente très bien de mon podium.

    @Franck: T'inquiète pas Vincent n'était pas de ces personnes là! Bien au contraire il était du côté de Charles et Simon. Pas de soucis pour les photos ;)

    RépondreSupprimer